Get Adobe Flash player

La 4e journée des Cadres d’Achat et de Logistique :

La 4e journée des Cadres d’Achat et de Logistique :

«Le rôle clef de l’homme dans l’Achat et la Logistique».

Les quelque 170 participants à cette 4e journée des Cadres d’Achat et de Logistique, accueillis cette année dans le cadre enchanteur - et labyrinthique – du château de Limelette étaient fin prêts, après s’être requinqués au « café-croissant », pour aborder le thème de cette année : « Le rôle clef de l’homme dans l’Achat et la Logistique ». Signalons de prime abord à tout éventuel macho égaré parmi vous que le terme « homme » est bien à prendre ici dans son sens épicène de l’Homme avec un grand H et que nul à l’ABCAL, comme ailleurs … , ne doute du rôle éminent des femmes dans la société !

Sous la présidence de Jean-Louis OUDART et sous les feux d’un duo de photographes qui ont immortalisé les temps forts de la journée, Philippe de WOOT, professeur émérite à l’UCL – entre autres ; en effet, la liste de ses titres ne tiendrait pas dans le cadre de cet article – avec la verve et l’humour académique qu’on lui connaît, a brossé le portrait de l’entreprise performante, celle qui peut s’adapter au changement et, surtout, celle qui a compris l’importance des achats ! Hormis les multiples anecdotes pertinentes qui ont émaillé son exposé, nous en retiendrons que les entreprises performantes sont celles qui donnent le même poids d’influence à chaque fonction bien sûr (mais n’en sommes-nous pas tous intimement persuadés ?) mais aussi celles qui se sont dotées de réels leaders. Que dire d’un leadership réellement opérationnel ? Qu’il doit évidemment consister en un « gouvernement des hommes » librement accepté et en un juste équilibre entre animation des équipes, motivation, respect mutuel tout en poussant à un sain et nécessaire changement : le leader doit pouvoir proposer un projet d’avenir, réaliste et partagé, qui parle autant au coeur qu’à l’esprit et à l’imagination : comme exemple, « un Américain sur la Lune dans 10 ans », tel était le projet imaginé par la NASA après s’être vue devancée par le programme Spoutnik. En bref et en conclusion, la sempiternelle question que doit se poser le bon leader se résume comme suit : « Que voulons-nous devenir ensemble ? »

Après avoir balayé les différentes activités de son – depuis peu « ex » - entreprise Sonoco Packaging Solutions et développé les diverses valeurs d’évolution – nécessaire – des produits vers des techniques d’emballage pour en arriver à des services globaux, Nando GALAZZO s’est livré à quelques réflexions logistiques sur la Supply Chain où, là aussi, la gestion du changement et de l’évolution représente une lutte de chaque jour et cela, grâce à la nécessaire collaboration de tous les acteurs de l’entreprise et même dans une vision de l’entreprise étendue que l’on peut appréhender grâce au modèle SCOR. Quelques conseils furent aussi prodigués par N. Galazzo : voyez grand, démarrez petit, dupliquez rapidement, ce qui ne sera réalisable que si s’opère le partage des ressources, de l’expérience et aussi de la « récolte des fruits » !

Guy DELSARTE, Sectorial Purchasing Manager chez UCB Pharma s’est ensuite penché sur les implications humaines de l’optimisation des achats. Si l’on retient que le seul site de Braine-l’Alleud comprend 24 bâtiments, 6 usines, 10 labos et 5 entrepôts, on réalise le défi face auquel G. Delsarte s’est retrouvé après un diagnostic des achats amorcé début 2000. Dans une situation où les achats étaient fragmentés, où il n’existait pas de méthodologie et peu de consolidation de la demande, où procédures et processus étaient à revoir, il a fallu entre autres, pour maîtriser et réduire le coût total d’acquisition tout en améliorant de manière continue la qualité et le coût, séparer le côté « sourcing » du « procurement » et donc clarifier les rôles de chacun, maîtriser les outils à disposition et surtout le processus – fondamental – de négociation. En conclusion, on peut reprendre les termes de G. Delsarte qui a souligné le rôle moteur des achats, un rôle d’aiguillon au centre de l’organisation. Que tous en soient conscients est un réel défi !

Pendant le lunch dînatoire – formule très « tendance » - les acheteurs de tous bords ont eu l’occasion de s’échanger leurs impressions et même de rencontrer d’éventuels fournisseurs …. Quand on serine qu’un acheteur est « en état de veille permanente », ce n’est pas qu’une vue de l’esprit !

Après le lunch, Thierry HUET, administrateur délégué de Desobry, a repris le flambeau et a assuré la lourde tâche de tenir éveillés les auditeurs en rappelant l’importance et la complémentarité des achats et de la logistique. N’en retenons que la conclusion présentée sous forme d’acrostiche :

Performance :

Achats et logistique doivent viser les résultats optimaux … n’oublions pas que les achats représentent , pour Desobry, 70 à 85 % du chiffre d’affaires et la logistique 3 à 10 % ! Un gain d’un % représente des millions d’euros.

Agir avec rapidité et précision.

Savoir réfléchir de manière globale :

Les acheteurs ont un rôle de « connecteurs » interdépartementaux, ils doivent connaître de manière globale le métier et les clients, avoir une ouverture internationale et ont en définitive la lourde tâche d’assurer la Company Loyalty et donc la perennité de l’entreprise.

Sourire : Un bon manager doit garder un certain sens de l’humour !

Intégrer les contraintes des départements utilisateurs.

Oser changer les processus.

Network :Il est important de se constituer un réseau de « connexions » mondiales.

P- A- S- S- I- O- N   ! Beau programme , n’est-il pas ?

Autre fonction, autre vision de l’achat et de la logistique ? Jean-Louis DELATTRE, Human Resources Director pour le groupe HAYS, a mis en corrélation les attentes du marché et les challenges pour les hommes. Le profil recherché pour un métier logistique requiert, pour être en adéquation avec les tendances du marché, des hommes et des femmes opérationnels, plus autonomes et plus réactifs, des spécialistes des systèmes, des consultants en Supply Chain, des gestionnaires de projets, des experts en ressources humaines ou en montages financiers ou encore des ingénieurs en automatisation et reengineering et la liste n’est pas exhaustive ! Par conséquent, un impératif : la formation !

Voilà précisément le thème abordé pour clôturer la journée par Colette MALCORPS – enfin une femme ! – directrice de la catégorie économique de la Haute Ecole EPHEC (n’oublions pas que s’y développe un cours à choix « Achats et Logistique » en 3e année du graduat en marketing) et vice-présidente de l’Abcal. Après avoir brossé le tableau de la formation aujourd’hui, elle a abordé les pratiques de formation continue en entreprise en soulignant que le coût moyen de la formation n’atteint en Belgique que 1,6 % de la masse salariale totale alors que le monde changeant de l’achat et de la logistique nécessite une adaptation continuelle aux nouveautés de tous ordres …. Et donc des compétences tant générales que spécifiques à l’achat et à la logistique et que celles liées à la structure industrielle. En termes de formation continuée, soulignons que l’offre existe et même une offre très spécialisée comme les formations proposées par Ichec Entreprises, Kluwer, IFPM, Technofutur 3 … et bien sûr l’ESA et l’ABCAL.(Renseignez-vous via le site de l’ABCAL qui sera relooké dans un futur proche pour vous offrir encore plus d’avantages et d’une manière encore plus conviviale : www.abcal.org).

Et ainsi, la boucle est bouclée ….

Joëlle DANEELS-DEBAUCHE
Professeur EPHEC et ESA
Administrateur ABCAL

Accès des membres