Get Adobe Flash player

Rencontre "Meilleures Pratiques" de l'Abcal sur le transport

28 février 2002, à Wavre

Une assemblée particulièrement nombreuse avait fait le déplacement pour participer à la rencontre "Meilleures pratiques" de l'Abcal concernant le transport. Comme d'habitude depuis que l'Abcal, Pics et l'Otm ont décidé d'ouvrir leurs portes à leurs membres respectifs, de nombreux membres de ces dernières organisations étaient présents, ce qui de l'avis de tous enrichit fortement les échanges.

Jean-Marie SOHIER a lancé les débats en évoquant les meilleures pratiques actuelles en matière de valeur ajoutée, de coûts de base et de facteurs de coûts. Il a ensuite évoqué les principaux récents développements comme l'impact de la logistique collaborative, les réseaux multi-latéraux, les nouveaux impératifs en matière d'échange de données, les différents impacts du "e-" dans le transport, notamment dans les e-marketplaces, et les livraisons à domicile. Il a enfin analysé les nouveaux risques rencontrés en transport, principalement en matière de fluctuation des carburants et de réduction de mobilité.

Comme exemple des nouveaux outils à la disposition des entreprises, J.M.Sohier a mentionné l'existence de nouvelles applications d'échanges de données de et vers des véhicules sur base d'un browser standard du côté fixe, et d'un simple GSM Wap du côté mobile (et non pas fixe). L'échange d'ordres et d'informations de tracking, et la gestion de transport par le chargeur n'ont pokies aussie jamais été aussi ouverts et accessibles.

Au cours des échanges qui ont suivi, on a d'abord remarqué un intérêt particulier pour l'émergence du 4PL ou fourth party logistics, système dans lequel un prestataire ne prend pas en charge les prestations logistiques elles-mêmes, mais seulement leur organisation. Ce que font depuis longtemps, mais à un niveau moins intime et moins sophistiqué peut-être, de nombreux expéditeurs.

Il a été intéressant de constater ensuite combien de participants remettaient en question le bien-fondé du "one-stop-shopping", qui n'a pas toujours apporté les réductions de coûts promises ni les performances attendues.

Jean-Marie Sohier, qui prône cette remise en question depuis longtemps, expliqua que le one-stop shopping logistique avait été grandement favorisé par l'absence de standards en EDI, et la maigre offre en logiciels de gestion de transport pour chargeurs. Les récents développements dans ces deux domaines ont évidemment changé la donne et ont tendance à déplacer l'optimum vers un panier de fournisseurs un peu plus fourni. L'optimum n'est jamais dans le tout ou rien, le un ou l'infini.

Jean-Marie SOHIER,
Administrateur, Abcal,

 

Accès des membres